42 blessés à la manifestation des Cagoules Jaunes

Imagem de capa

Voilà maintenant une semaine que le mouvement contestataire des Cagoules Jaunes occupe la bande passante de la plupart des grands FAI français.

Le mouvement est né de l’augmentation du prix des connexions Internet, conséquence d’une nouvelle réglementation introduite cet été par le gouvernement Macron, qui prévoit d’augmenter la taxe pour la copie privée et de l’appliquer non seulement aux supports de stockage mais aussi au volume de données descendant de toute connexion résidentielle à Internet.

En apprenant la nouvelle, le jeune Jean-Félix, script kiddie de son état, a immédiatement lancé un appel au boycott sur Facebook, enjoignant à ses collègues de protester contre l’augmentation du prix du bit en organisant une grande campagne de DDoS contre le site web de l’Élysée. Il a été suivi par la plupart des grands syndicats de skidz (Confédération Générale des Skids, Force Pwvrière, et Mouvement des DDoSeurs de France, NDLR). Le mouvement s’est ensuite étendu lorsque des techniciens en colère ont décidé d’empoisonner les tables BGP pour ralentir l’accès a YouTube.

Cette initiative attire la foudre des représentants du gouvernement. Marie-Aurélie, attachée au ministère du pwnage et de la culture noob, tente de nous expliquer sa position.

« Leur contestation est vouée à l’échec pour plusieurs raisons. D’abord, l’augmentation du prix du bit a pour cause principale la pénurie globale de bits 1, un problème qui n’est pas restreint à la France et sur lequel le gouverment actuel peinerait à agir. Ensuite, nous avons des problèmes franchement plus sérieux sur les bras. Pensez par exemple au prix du tabac à rouler, ou à l’épineuse question des mignons chatons qui meurent chaque fois que quelqu’un écrit un nouveau framework JavaScript. Mais le plus grave est certainement le prix de l’encre d’imprimante. Vous allez voir qu’à force de fabriquer leurs tracts de cagoules, ces guignols vont déstabiliser le marché de l’encre jaune et pénaliser la croissance économique. »

Malheureusement, la récupération politique ne s’est pas faite attendre, et nos journalistes sur le terrain ont déja pu observer de multiples dérives racistes, homophobes et violentes chez les manifestants : plusieurs DDoS contre des sites pornographiques spécialisés ont été signalés par Cloudflare. Dans la foulée, Cloudflare aurait accidentellement bloqué le dortoir entier d’un pensionnat de niveau secondaire, privant 42 innocents écoliers de leur accès à leurs vidéos de vacances préférées. Jean-Félix s’est immédiatement désolidarisé des auteurs en dénoncant l’abjection de ces actes haineux.

Et vous, que pensez-vous de ce mouvement contestataire ? Dites-le nous en commentaire !