Espionnage : l'Amérique continue à piller la France en s'appropriant le logo de l'ANSSI

Imagem de capa

Stupeur et indignation ce matin dans le bastion français des réseaux sociaux alors que le logo du nouveau département cybersécurité de la NSA a été révélé : celui-ci ressemble trait pour trait à celui de l’ANSSI, homologue français de l’agence.

Si certains n’y voient qu’une cocasse coïncidence, une majorité plus vocale s’insurge de cette énième atteinte au patrimoine français par le géant américain. C’est le cas de Jean-Fernand « FileWrapper » McCain, tenancier de PMU et porte-parole auto-proclamé de ce mouvement d’envergure nationale, qui a accepté de nous donner son point de vue sur la situation.

« Ça ne peut plus durer ! », s’exclame-t-il en abattant son poing sur le bar, « Des années, des siècles que les États-Unis pompent le savoir et le patrimoine culturel français pour enrichir leur culture inexistante. D’abord, ils nous ont volé tous nos mots sophistiqués pour compléter leur langue rustique, puis la tradition des frites… Ils nout ont même piqué nos drapeaux : personne ne pourra me faire croire que leur Starzennestraïpsse là c’est pas un mélange du drapeau français et du drapeau de la Bretagne française ! Bafouer deux symboles nationaux pareil, c’est déjà impardonnable, mais alors là… »

Jean-Fernand ingurgite un verre de jacqueline d’une traite en frissonnant.

« Ils avaient déjà touché à la sécurité lorsqu’ils nous ont piqué Vupen ; toute une génération de black hats français perdue, ne sachant pas à quel régime oppressif vendre ses jailbreaks, rendez-vous compte ! Et maintenant, ils volent les logos des agences de sécurité de l’information : paraît même qu’il y a des infos cachées par stéganographie dedans, comme le challenge de l’ANSSI à l’époque… »

De griefs à l’encontre du monstre tentaculaire américain, Jean-Fernand en est plein. Toutefois, il ne désespère pas de la situation française :

« Pour commencer, il faut qu’on fasse de la prévention chez les jeunes, pour que la PSYOP américaine qui consiste à introduire des mots dégoûtants comme “crypter” ou “digital” dans le vocabulaire du numérique soit endiguée. Je ne perds pas espoir, car je sais que nos jeunes têtes blondes travaillent dur chaque jour pour rattraper les américains dans les domaines où ils nous ont dépassé. Tenez, grâce aux efforts de Génération Identitaire dans les Hautes-Alpes, nous serons bientôt en mesure de maltraiter les immigrés à la frontière aussi bien que l’ICE ! »

Il se fend même d’un petit sourire :

« Et puis, il reste IDA, un produit franco-français [NDLR : belge] que les américains ne pourront jamais subjuguer ! » [NDLR : pour ménager Jean-Fernand, nous n’avons pas osé évoquer GHIDRA en sa présence]

Que la France dorme sur ses deux oreilles : qu’importe le niveau d’appropriation culturelle des États-Unis à l’égard de la France, ils ne pourront jamais trouver de noms de programmes espions aussi classes que Casper, Dino ou Tafacalou !