Jean-Alexandre Cyber-Nalla : une nouvelle vidéo de cyber-violence fait polémique

Imagem de capa

Depuis les premières révélations du Monde concernant les événements du 1er mai cyber-place de la Cyber-Contrescarpe, le dossier contre Jean-Alexandre Cyber-Nalla, chargé de mission à l’Élysée, ne cesse de s’enrichir de nouveaux éléments.

Une nouvelle vidéo, découverte ce dimanche, révèle que cet incident n’était pas isolé ; en effet, un activiste Anonymous a reconnu celui qui avait violemment détruit sa machine à coups de batte lors de la dernière DDoS party organisée par le groupe.

« J’ai rien compris à ce qui s’est passé » commence Jean-H4xx0r’SH, « on hackait1 le site de l’Élysée, comme tous les mardis pendant les vacances, depuis la 4G de notre téléphone pour brouiller les pistes, et voilà qu’un type a débarqué sur la place et a commencé à massacrer ma machine en criant “Liberté, Égalité, Fraternité”. »

« C’est un dément » renchérit Jean-AnonW3b « Normalement, la loi dit qu’il n’y a que les forces spéciales de l’ANSSI qui ont le droit d’intervenir physiquement sur nos machines. Nous comptons bien porter plainte contre ce manquement grave aux droits de l’homme à disposer de son PC. »

Ci-dessous, un extrait d’un hacker participant aux opérations :

Cyber-Nalla piratant les couleurs nationales

Dans un extrait ultérieur de la vidéo, il est révélé que sous sa cagoule, le hacker n’est autre que Jean-Alexandre Cyber-Nalla.

Cyber-Nallhack

« On m’avait mis une cagoule »

Contacté par Infauxsec News, l’intéressé a préféré avouer pour se racheter un peu de clémence auprès du peuple français :

« Je suis effectivement responsable de ce matraquage » explique-t’il d’un ton gêné « Emmanuel m’avait permis de mettre une cagoule pour observer les agents de l’ANSSI sur le terrain (NDLR : dans leurs bureaux) et j’ai moi aussi voulu participer aux opérations afin d’aider ma patrie, mais quand un des activistes a repoussé mon exploit de la dernière PVE, mon doigt a rippé et j’ai malencontreusement défoncé son PC avec ma batte de baseball. »

Un acte de bonne volonté qui pourrait coûter cher à Jean-Alexandre Cyber-Nalla, dont le cousin Jean-Jawad Cyber-Daoud avait déjà dû affronter la justice dans des circonstances similaires.

Jusqu’ici, l’Élysée n’a pas souhaité commenter l’incident.

  1. dans le contexte de cette communauté, DDoS et hacker sont considérés comme synonymes.