Jean-Jean-Luc Mélenchon perquisitionné pour du pentest sauvage

Imagem de capa

Coup dur pour La France Insoumise de Jean-Jean-Luc Mélenchon, dont les locaux ont été envahis par les forces de police ce mardi 16 octobre. Mais pas seulement. C’est en tout une dizaine de perquisitions qualifiées de « scandaleuses » par le leader du parti qui ont eu lieu en simultané. Une vidéo, filmée par le Quotidien, circule actuellement sur les réseaux sociaux, montrant un Jean-Jean-Luc Mélenchon grandiloquent s’indignant de l’analyse forensique de ses machines, déjà en cours lorsqu’il arrive sur le lieux de la perquisition.

La cause ? Un prétendu pentest sauvage de la part de JJLM sur la plateforme de CTF de l’Élysée.

« C’EST SCANDALEUX ! ON N’EST PAS DES VOYOUS, ON N’EST PAS DES BANDITS ! » le voit-on éructer dans la vidéo en brandissant un exemplaire du Manifeste du hacker. On voit alors un policier exécuter une fonction de hash sur la clé PGP publique de JJLM, qui s’écrie alors « VOUS NE ME FINGERPRINTEZ PAS ! VOUS NE ME FINGERPRINTEZ PAS ! »

JJLM s’en prend alors directement à l’agent : « Au nom de quoi vous touchez à ma machine ? AU NOM DE QUOI ? QUI VOUS A DONNÉ CET ORDRE ? »

S’ensuit alors une déclaration qui en a choqué plus d’un dans la communauté : « LE PENTEST C’EST MOI ! J’AI UNE CERTIFICATION PASSI ! »

La vidéo se termine alors que Jean-Jean-Luc-Mélenchon exhorte son équipe à rebase leur dépôts git avant qu’ils ne se fassent perquisitionner eux-même et voler leurs outils de CTF secrets. « ALLEZ, ON POUSSE ! »

Contacté par nos soins, l’intéressé a souhaité exposer sa version des faits :

« Tout d’abord, je tiens à présenter mes excuses aux pentesteurs français pour la mauvaise image que j’ai donnée de notre profession. Je n’étais pas dans un état normal ce matin-là, car la France n’était alors que classée 4ème à l’ECSC. »

Une agitation que notre équipe ne comprend que trop bien.

« La procédure n’a pas été respectée. Je n’ai certes, pas respecté les conditions du CTF ; soi-disant il ne faut pas bruteforce ou tenter d’exploiter la plateforme, mais on est bien obligés tellement tous les challenges de l’Élysée sont du pur guessing. Mais personne n’a jamais été poursuivi pour ça. Je pense honnêtement qu’il s’agit d’un acte politique orchestré par les Dragon Sector et LREM pour dérober les érodés de la France Insoumise. Ils sont énervés que les PPP soient devant eux sur CTFtime ! »

Complot orchestré par une police politique ou non, on ne peut nier la différence de procédure par rapport à l’affaire Cybernalla de cette année, où le suspect avait pu délivrer aux autorités un vieil ACER reconditionné plutôt que sa véritable machine.

Crédits

D’après une idée de 2ca1e70fb57e3f3c02cc4bbeda10423fade0d2a7f18bffaee270a214f8970dc4.