Découverte majeure en archéologie informatique

Imagem de capa

Le Ministère de la Culture a annoncé ce matin la découverte d’un ordinateur complet et fonctionnel datant du néolithique, sur le site archéologique de La Perte à Dieu, en Haute-Garonne.

L’artéfact, examiné en ce moment même par les archéoloques de l’ANSSI, témoigne de l’avance technologique incroyable de nos ancêtres du néolithique sur leurs contemporains outre-Atlantique.

Cette découverte vient éclairer le mystère des tablettes interactives en argile retrouvées sur le même site en février, et que personne n’avait jusqu’a présent réussi à décoder. À la lumière de cette nouvelle trouvaille, il est vite apparu que le code énigmatique n’était en fait que de l’assembleur x86 en syntaxe AT&T codé en binaire néolithique. Voilà qui devrait définitivement prouver l’antériorité de ce dialecte, et clouer le bec aux fanboys d’Intel une bonne fois pour toutes. Ha ha ha.

L'encodage hexadécimal néolithique

Autre fait remarquable, aucun câble réseau n’a encore été découvert sur le site, ce qui laisse penser que les habitants de ce lieu disposaient déja de la technologie Wi-Fi.

« Il s’agit clairement une découverte majeure pour le monde libre et plus particulièrement pour la France » explique Jean “Île-de-France” Sadirac-Jones, archéologue-chef de l’ANSSI et professeur d’archéologie à l’école 42, en faisant claquer son fouet. « Durant la seconde guerre mondiale, les nazis s’intéressaient à ce genre de reliques. Ils voulaient prouver que la syntaxe Intel était supérieure aux autres syntaxes. Je vous avoue que l’idéologie nazie à ce sujet-là m’a toujours laissé dubitatif, et on a enfin la preuve que j’avais raison ! »

Île-de-France Sadirac-Jones ne peut malheureusement nous offrir plus de commentaires, puisqu’un agent de la DGSE surgit à ce moment-là pour l’entraîner dans une nouvelle mission aux confins du royaume de la 0-day de cristal.

Les archéologues travaillent maintenant à accéder au logiciel de la machine, dont le bootloader est malheureusement verrouillé par DRM, et recherchent la scytale qui leur permettra de forger une signature pour leur bootloader modifié.