Hexhacklon au cœur d'un scandale politique

Imagem de capa

Stupeur et consternation cette semaine sur les réseaux sociaux alors qu’Hexhacklon, filiale de Décathlon dédiée au noble sport du piratage informatique, avait annoncé la décommercialisation de toutes ses cagoules.

Cette décision suivait l’initiative de la maison mère de ne pas commercialiser son hijab Kalenji qui avait suscité une violente polémique et des menaces à l’encontre du personnel de toute l’entreprise.

Hélas pour Hexhacklon, les réactions ne se sont pas faites attendre, et le débat a une fois de plus dégénéré. Aurore Bergé, porte-parole de LREM, s’est permise de prendre la parole au nom de tous ses collègues pirates :

Aurore défend les pirates

Aurore faisant preuve de la laïcité que requiert sa fonction

Contacté par la rédaction d’Infauxsec News, M. Denis De Service (DSI du groupe) raconte :

« Je n’ai jamais vu ça en 30 ans de carrière. Nos installations ont été victimes d’odieuses attaques, notamment un spam de commentaires sur tous nos articles impactés par la nouvelle. Enfin, a priori, je les ai bien calmés : j’ai publié toutes les adresses IP des contrevenants sur mon blog et changé nos règes iptables pour éviter que ça ne se reproduise. »

S’il n’en laisse rien paraître, ces attaques ont ébranlé la confiance de Denis et de ses supérieurs en leur infrastructure ; c’est pourquoi ce jeudi Hexhacklon a publié le communiqué de presse officiel suivant :

« Face à la violente polémique suscitée et aux menaces proférées qui dépassent de loin notre volonté de répondre aux besoins de nos utilisateurs, notre priorité est de retrouver une situation apaisée. Dans ce contexte, nous suspendons donc notre projet de décommercialisation de toutes les cagoules Hacklenji en France par souci de garantir la sécurité de nos serveurs. »

Nous nous réjouissons de pouvoir acheter de nouvelles cagoules lors de la sortie de la collection de printemps ce mois-ci chez Hexhacklon.