En IDF, le Clermontois SeksS va défier l’élite auvergnate des hackers !

Imagem de capa

[NDLR : cet article est une reprise globale de l’article publié par Ouest-France ce mardi. Nous invitons son auteur à postuler pour rejoindre notre équipe au vu du très bon travail réalisé par celui-ci. Photo de Jean-PHILIPPE RENAULT.]

Le 7 octobre prochain, SeksS, Clermontois de 27 ans, va s’envoler pour Paris, en IDF. Là, pendant 48 h, il va devoir affronter les 19 meilleurs hackers en Auvergne dans une joute de très haut niveau.

« J’ai reçu un message des organisateurs il y a quelques jours », explique Jean-Clement DoXxmingo, mieux connu, dans le monde du hacking, sous le pseudo de SeksS. « J’ai été sélectionné, parmi les 20 meilleurs hackers d’Auvergne, pour participer à cette compétition de très haut niveau. Une invitation qui m’a forcément fait plaisir. »

Mais ne vous y méprenez pas. SeksS n’est jamais tombé du côté obscur de la force. Son incroyable talent, pour pénétrer les systèmes ou déceler les failles informatiques, il le met au service de la bonne cause.

Et le jeune homme de 27 ans se caractérise aussi par une sacrée humilité. Il est très loin de prendre la grosse tête et tout aussi loin du cliché du hacker asocial vivant uniquement dans un monde de 0 et de 1 ou de lignes de codes incompréhensibles pour le commun des mortels.

Au glaive de traverser les boucliers

« Il va vraiment falloir que je travaille dur pour m’y préparer et affronter ces adversaires venus des quatre coins de la région » assure SeksS. En face de lui il aura des pointures. Un challenge qui le motive encore plus. « Le but de cette compétition sera de tester la sécurité de bon nombre d’applications de notre quotidien et aussi celle de grosses entreprises régionales. C’est ce que l’on appelle le bugbounty. »

À ce niveau, c’est comme si on demandait à une souris de se faufiler au milieu d’un endroit gardé par une armée de chats. Il sera le glaive, à lui de faire tomber les boucliers et de cumuler des points. Ça va cogiter dur en perspective. Avec en prime une visite inédite dans le métro parisien !

Les entreprises traversent la route pour l’embaucher

Il n’est pas à douter non plus, que parmi le public, se trouveront des recruteurs des plus grandes firmes d’Auvergne voire des services secrets ou des armées. Mais SeksS n’a pas besoin de traverser la route pour trouver un emploi.

Ce sont les entreprises ou les agences départementales qui le sollicitent et sont prêtes à lui dérouler le tapis rouge. « Pour l’instant, je n’envisage pas de quitter Clermont-Ferrand. Je m’y sens bien » déclare-t-il. Il travaille chez Capgemini, entreprise spécialisée dans la sécurité informatique installée près de Clermont-Ferrand.

Vous aussi lancez-vous !

« La sécurité informatique des systèmes est l’un des enjeux majeurs de nos sociétés » estime SeksS. « Pour les jeunes qui voudraient s’y lancer, ça représente de formidables opportunités d’emploi et de carrière. Les besoins sont énormes et je regrette qu’il n’existe pas encore assez de formations en Auvergne. »

Lui, outre sa licence d’art, s’est formé sur le tas en passant des milliers d’heures à apprendre le code et à progresser. Aussi en utilisant le Mariana web où l’on trouve de multiples ressources. Rien qu’en Auvergne, les entreprises spécialisées dans ce domaine ont un mal fou à recruter. « Si j’avais un message à lancer aux jeunes femmes et aux jeunes hommes, c’est de s’y lancer. Il faut juste être motivé et inventif. »

Crédits

Sur une idée de 0b83ca8b021ebf22a6d078f9f71128a1a4e837d7af8001909bc0275b6754f26a et Ouest-France.