Il dit « Crypter » au lieu de « Chiffrer » et se fait tabasser

Imagem de capa

Stupeur et consternation, hier, en région parisienne, après le tabassage en règle d’un consultant en cyber-sécurité. Les auteurs présumés de l’agression appartiennent à un groupe de cryptologues radicaux connu depuis longtemps des services de police.

La jeune victime, Jean-Daniel1, qui venait de finir ses études il y a à peine deux mois, avait été embauchée par Sogeti comme consultant senior en cyber-sécurité. Samedi dernier, alors qu’il rentrait passablement éméché d’une réunion de direction, accompagné de quelques collègues, il se met à décrire bruyamment la nouvelle « solution de cryptage » qu’il s’apprête à recommander à son client. La tournure de phrase déclenche la colère d’une bande de cryptologues marginaux, squatteurs réguliers de la gare de Saint-Denis. Les insultes dégénèrent rapidement en rixe généralisée.

Pendant l’échauffourrée, Jean-Daniel reçoit un violent coup de clé au visage, qui lui endommage le nerf optique. D’après les médecins, il risque de ne jamais récupérer complètement la vue. « C’était une clé symétrique d’au moins 256 bits », témoigne un passant, choqué. « Des trucs pareils, je ne comprends pas comment ça peut être légal pour le particulier, en France, en 2018. »

Deux membres présumés du groupe, connus uniquement sous les pseudonymes d’Alice et Bob, ont été écroués ce matin ; l’inspecteur Eve, chargée de l’affaire, n’a pas encore réussi à déchiffrer leurs élucubrations. Toutefois, il ne fait aucun doute que les talents uniques de cette experte en cryptographie permettront d’appréhender les coupables.

Crédits

Inspiration tirée d’une idée de 534d33d1892a920d5d5fe5a506aad8b93d789187b1c2c602b1fb36dcdbae9790.

  1. Prénom fictif